PREMIERS RÉFLEXES

EN PRATIQUE, lors dune intervention vécue comme abusive, il est préférable de :

Rester calme, afin d’éviter une escalade ; en outre des actes de résistance active pourraient être interprétés comme des actes de "rébellion", des paroles ou gestes déplacés comme des "outrages" et, par conséquent, se retourner contre la victime.

 Avoir mis un mot de passe d’accès au gsm, aux fichiers enregistrés et aux applications (si possible).

 Repérer les personnes étant à proximité qui pourraient témoigner par la suite du déroulement des faits ou filmer la scène à distance. Penser à leur demander leurs coordonnées pour les recontacter.

 Lorsque vous vous adressez aux fonctionnaires de police, ne pas nécessairement dire que vous allez porter plainte, même si c’est votre intention, en fonction du contexte.

 Filmer, photographier ou enregistrer la scène, d’une manière qui n’ajoute pas de la tension.

 Identifier les policier.ère.s : noms ou matricules sur uniforme, grade, plaque du véhicule, nom ou numéro de zone de police sur le véhicule, description physique, langue.

 Identifier les lieux, de manière à pouvoir décrire les faits avec précision : nom de rue, numéro de maison, nom d’un arrêt de bus ou de tram, du café d’en face, etc.

FILMER LA POLICE EST UN DROIT

LE PLUS URGENT EN CAS DE COUPS ET BLESSURES

RÉDIGER SON RÉCIT

RÉCOLTER DES PREUVES

PORTER PLAINTE CONTRE LA POLICE

OÙ PORTER PLAINTE?

DÉNONCER PUBLIQUEMENT ET INTERPELLER

MODÈLES DE LETTRE

 
Ligue des Droits Humains
Liga voor Mensenrechten